Mort à l'ambulance de Commercy (Meuse) le 29 décembre 1914.
Mobilisé comme sergent au 285e régiment d'infanterie de réserve, 29e compagnie.

Collection


Elève de l'Ecole nationale des chartes, mort des suites de ses blessures à l'ambulance de Chichey (Marne) le 18 juillet 1918.
Maréchal des logis au 23e régiment de dragons.
« A fait preuve de beaucoup de cran comme agent de liai-
son avec le commandement, le 30 mai 1918, devant Champ-
voisy ; a été blessé sérieusement en transmettant un ordre. »
« Le 17 juillet 1918, devant Venteuil, a maintenu sa sec-
tion dans ses positions malgré un bombardement d'une violence
inouïe ; a été mortellement blessé à son poste de combat. »

Collection


Tué à Hardecourt (Somme) le 8 juillet 1916.
Lieutenant à l'Etat-Major de la 55e division d'infanterie.
« Attaché à l'état-major d'une division depuis le début de
la campagne, n'a pas usé de la latitude que lui conférait son
titre de membre du Parlement pour quitter le front. A rendu
à l'état-major les plus grands services comme rapporteur auprès
du conseil de guerre. A rempli comme officier d'état-major les
missions les plus délicates et parfois les plus périlleuses. »
« Officier de la plus haute valeur, ayant sur la troupe un ascendant remarquable. A fait preuve, dans les derniers combats,
des plus belles qualités militaires. A rendu au commandement
les services les plus signalés en allant, de jour comme de nuit,
vérifier la situation des premières lignes avec le plus parfait
mépris du danger. »
« Officier d'une haute valeur morale, d'un sang-froid et
d'un courage remarquables, a fait preuve dans les combats
récents des plus belles qualités militaires, se dépensant sans
compter pour aller, de jour comme de nuit, vérifier la situation
des éléments les plus avancés, fournissant ainsi de précieux ren-
seignements au commandement. »

Collection


Tué à Proyart (Somme), le 29 août 1914.
Mobilisé comme lieutenant de réserve au 352e régiment d'infanterie.

Collection


Tué au bois de Vaux-Chapitre (Meuse), le 11 août 1916.

Collection


Tué à Steinbach (Haut-Rhin), le 2 janvier 1915

Collection


Tué à Rhorm-el-Allem (Maroc), le 15 octobre 1917.
Sergent au 242e régiment d'infanterie.
« Malgré qu'il soit exempt par réforme de tout service
militaire, s'est engagé pour la durée de la campagne. S'est toujours signalé par son courage, son abnégation et son excellent esprit. A été gravement blessé à l'attaque de Petka et ne s'est laissé évacuer que sur l'ordre formel de ses chefs. »
« Réformé, engagé dès le début de la guerre, a gagné ses
galons aux champs de bataille de France et d'Orient, où il a été blessé. Venu récemment au front marocain, a dirigé au combat de Rhorm-el-Alem la défense de son secteur avec une bravoure admirable. A été tué glorieusement dans la nuit du 14 au 15 octobre [1917] à la tête de sa section, au cours d'un furieux corps à corps avec un adversaire fanatisé et supérieurement armé.
Modèle de héros, tombé en héros. »

Collection


Mortellement blessé à Carlepont (Oise), mort à Paris le 28 septembre 1914.

Collection


Tué à Moyenneville (Oise), le 5 mai 1918.
Soldat au 56e régiment d'infanterie, téléphoniste.
« Excellent soldat, d'une haute valeur morale, ayant toujours donné l'exemple du courage et du dévouement. A été grièvement blessé à son poste de combat au cours des dernières opérations. »

Collection


Tué près de Crouy (Aisne), le 13 octobre 1914.
Sergent au 204e régiment d'infanterie.
«Sous-officier aussi consciencieux que courageux qui, dès.le début de la campagne, a donné la mesure de son héroïsme et de son amour de la patrie. Tombé glorieusement à Crouy le 13 octobre 1914. »

Collection