Tué à Dravegny (Aisne), le 29 mai 1918.
Lieutenant au 284e régiment d'artillerie.
« A secondé avec zèle et dévouement son chef de corps
pendant les combats du 10 au 14 novembre 1915 [devant le monastère d'Arkangel, Macédoine]. A fait preuve à maintes reprises du plus parfait mépris du danger en portant des ordres sous un violent bombardement et une vive fusillade. »
« Officier aussi modeste que brave, ayant de l'ascendant
sur ses hommes. A accompli sa mission, qui consistait à tenir coûte que coûte, et est tombé à son poste le 29 mai 1918»

Collection


Mort des suites de ses blessures à l'ambulance de Dieulouard (Meurthe-et-Moselle), le 11 juillet 1915.
Caporal au 367e régiment d'infanterie.
"Gradé aussi brave que modeste, s'est élancé à l'assaut des tranchées ennemies à la lisière du Bois-le-Prêtre le 27 mai 1915 ; après leur conquête, a contribué à repousser à la grenade plusieurs contre-attaques ennemies au cours desquelles il a été mortellement blessé. »

Collection


Elève de l'Ecole nationale des chartes, tué à Loos (Pas-de-Calais), le 16 mai 1915.
Sergent au 125e régiment d'infanterie.
« Le 9 septembre [1914], a maintenu son peloton pendant trois heures sous un feu des plus violents. Ayant reçu l'ordre de se replier, n'a quitté la tranchée que le dernier. Blessé aux deux jambes, a conservé son commandement et repris l'offensive avec son bataillon ; n'a quitté sa compagnie qu'à bout de forces sur les instances de son capitaine. »
« Le 11 mai [1915], s'est élancé en tête de sa section à
l'assaut des tranchées allemandes. Quoique blessé une première fois, a continué à courir à l'ennemi ; est tombé très grièvement atteint par une deuxième blessure, après avoir dépassé la première tranchée allemande. »

Collection


Tué à Béthincourt (Meuse), le 27 novembre 1915.
Soldat téléphoniste au 164e régiment d'infanterie.
« Le 26 novembre [1915], à l'attaque de Béthincourt par gaz asphyxiants, a assuré la réparation des lignes avec le secteur du Bois-Carré, faisant preuve du plus grand courage et du plus grand sang-froid ; a été grièvement blessé. »

Collection


Tué à Corbeny (Aisne), le 8 mai 1917.
Aspirant au 32e régiment d'infanterie.
« Sous-officier remarquable par son courage et son sang-
froid. S'est particulièrement distingué les 5 et 7 mai 1916, sous un bombardement inouï, en donnant à tous l'exemple du courage et de l'esprit de sacrifice. »
« Chef de section d'une haute valeur morale. A été mortellement frappé le 8 mai 1917, en entraînant des hommes à l'assaut d'un fortin. »

Collection


Disparu aux Dardanelles, en mai 1915.
Mobilisé comme sergent au 218e régiment d'infanterie (6 août 1914) ; volontaire pour les Dardanelles et parti avec le 176e régiment d'infanterie.

Collection


Elève de l'Ecole nationale des chartes, disparu près de Binarville (Marne), le 8 septembre 1915.
Mobilisé comme soldat.au 70e régiment d'infanterie ; promu sergent, puis aspirant au même régiment.

Collection


Tué près d'Attichy (Oise), le 7 juin 1918.
Adjudant au 246e régiment d'infanterie,13e compagnie.
« Très bon chef de section, animé du plus pur sentiment du devoir et d'admirables qualités morales. A été frappé mortellement pendant la bataille, au moment où, sous un violent bombardement, il allait entraîner ses hommes à la contre-attaque. »

Collection


Elève de l'Ecole nationale des chartes, tué à Neuville-Saint-Vaast (Pas-de-Calais) le 15 mai 1915.
Aspirant au 146e régiment d'infanterie.
« Au cours d'un combat de rues, a fait preuve des plus grandes qualités d'énergie et de sang-froid dans la conduite de sa section. »

Collection


Tué au plateau de Méry (Oise), le 11 juin 1918.
Sous-lieutenant au 125e régiment d'infanterie.
« Excellent officier, blessé dans la nuit du 16 au 17 août [1916], au cours d'un violent bombardement de la tranchée qu'il occupait, a refusé de quitter son poste, ne cessant d'encourager ses hommes ; ne s'est laissé emmener au poste de secours que sur l'ordre
exprès de son capitaine. S'était déjà distingué.en plusieurs combats par son sang-froid et son impassibilité devant le danger. »
« Officier d'élite qui a montré depuis le début de la campagne de belles qualités de bravoure et de commandement. Tombé, glorieusement à l'assaut du 11 juin 1918 au moment où il entraînait sa compagnie au travers d'un tir de barrage des plus intenses. A été cité. »

Collection