Marcel Godet (25 juin 1882-24 octobre 1914)

Marcel Godet a été tué dans un des combats de Pervyse,
près d'Ypres ; il avait le grade de lieutenant dans un corps d'élite,
le 8e bataillon de chasseurs, dont on sait la glorieuse conduite au
feu et dont tous, soldats et chefs, disputent vaillamment et
vendent chèrement leur vie.
Licencié ès lettres et en droit, archiviste paléographe de la
promotion de 1910, il avait suivi également avec assiduité les
cours de l'École des Hautes Études. Esprit fin et cultivé, il avait
publié une thèse sur La Congrégation de Montaigu et s'intéres-
sait plus particulièrement à l'histoire littéraire de la Renais-
sance. Nommé conservateur de la bibliothèque et des archives
et des musées d'Abbeville, il ne conserva ce poste que peu de
temps, assez cependant pour écrire deux notices, l'une, empreinte
d'une sincère émotion, consacrée à la mémoire de son prédéces-
seur Alcius Ledieu, l'autre à un imagier de village du xvme siè-
cle, originaire comme lui du village de Cauchy et qu'il nous a
révélé; et aussi pour nous raconter l'histoire ou mieux la des-
truction des archives abbevilloises à l'époque révolutionnaire.
Mais Godet avait tendance à vouloir se séparer de sa province
pour se hausser à l'histoire générale et philosophique, encore
qu'il y ait été vraisemblablement amené par l'étude du séjour
momentané et des prédications que fit à Abbeville le fameux
Jean Standonck, principal du collège de Montaigu, et par l'ori-
gine abbevilloise de Haymon de La Fosse, étudiant martyr de
l'humanisme, dont on lira la tragique histoire dans un article
posthume de la Bévue du XVIe siècle; posthume aussi, la pu-
blication dans le Bulletin de la Société de l'histoire du protestan-
tisme français (1917-1918) d'un travail très documenté sur les
protestants à Abbeville au début des guerres de religion.
Son labeur scientifique porte l'empreinte d'une curiosité
variée et d'une méthode rigoureuse. Il savait exposer avec clarté
et agrément les résultats auxquels l'avait conduit son solide
esprit critique. On devinait en lui, sous une réserve légèrement
teintée de mélancolie, une intelligence ouverte à toutes les mani-
festations du passé (1).